Traduction en anglais britannique ou américain

Vous souhaitez faire effectuer la traduction en anglais d’un contrat, d’un site Internet ou d’une brochure ; Au moment de confier vos documents à un traducteur indépendant ou à une agence de traduction, plusieurs questions se posent :

A quel public le document est-il destiné ? Britannique ou américain ?

Il existe deux variantes principales d’anglais, britannique et américain. Même si cela ne concerne que quelques subtiles différences, et surtout le langage parlé qui est important dans les traductions marketing, il vaut mieux y réfléchir en amont et choisir un traducteur en fonction du public auquel est destiné la traduction.

D’un autre côté, la version anglaise d’un site est souvent la version « par défaut » destiné au « reste du monde », et il faut donc tenir compte de fait que le contenu doit être largement compréhensible, en choisissant plutôt l’anglais standard appelé aussi Oxford English, Queen’s English ou BBC English pour ce qui concerne la grammaire, le vocabulaire et le style.

Le traducteur est-il de langue maternelle anglaise ?

Même si nous avons tous appris l’anglais à l’école, cela ne signifie pas que nous autres, francophones, sommes capables de traduire vers cette langue. Des petites fautes, des tournures de phrases maladroites, sans parler des grosses fautes qui portent à conséquence dans un contrat ou un rapport d’activité, pourraient se glisser dans la traduction. Veillez donc à employer un traducteur de langue maternelle anglaise.

La traduction professionnelle coûte cher, peut-on se fier à la traduction automatique ?

A ce jour, les outils de traduction automatique ont remarquablement progressé, surtout dans les combinaisons de langues les plus répandues (comme la traduction français anglais). Ils sont très utiles pour comprendre le contenu général de textes. Cependant, attention ! Ils sont pas (encore) capable de produire des textes de niveau suffisant pour la publication.

Par exemple, le site web russe d’un institut de l’Académie des sciences, qui avait été traduit en anglais par un outil automatique, annonçait en page d’accueil « Institut des plaies » car l’acronyme RAN (Académie des sciences) signifie aussi « plaies » en russe. Cette anecdote est comique, mais les conséquences peuvent être désastreuses dans le cas d’un contrat ou d’un rapport médical. Sur un site web, la conséquence peut être un moins bon classement sur les moteurs de recherche en raison d’une mauvaise qualité du contenu.

Toutes nos traductions français anglais sont effectuées par des professionnels qualifiés de langue maternelle. Contactez-nous pour un devis gratuit.

Voir aussi:

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code